Le bordel actuel expliqué à mes filles



La minute de silence est terminée. Il est temps de parler maintenant. Hier après-midi, je me suis retrouvé sur Skype avec mes filles, des adolescentes qui commencent à s’interroger sur l’état du monde. Des adolescentes confrontées à la réalité de leur double identité franco-arabe. Confrontées à leurs angoisses et à leurs questions. Des questions qui amènent de vraies réponses. Celles d’un père parmi des milliards d’autres. C’est à elles que je m’adresse maintenant.

Alors mes amours, voici les deux questions essentielles. Comment en est-on arrivé là? Et comment réagir?

Programmes télé et réseaux sociaux ne vous parlent que de ça. Vous y lisez et entendez mille choses. Trop de choses qui ne font que reposer l’éternelle question de la poule et de l’œuf. Pourquoi Daesh a-t-il frappé Beyrouth jeudi 12 novembre? Parce que le Hezbollah se bat aux côtés de Bachar. Pourquoi le Hezbollah se bat-il aux côtés de Bachar? Pour sa propre survie, tant financière que militaire. Pourquoi Daesh a-t-il frappé Paris le vendredi 13 novembre? Parce que la France fait partie d’une coalition menant des frappes aériennes en Irak et en Syrie. Pourquoi la France a-t-elle envoyé ses avions? Parce que… Ces questions sont sans fin car elles en appelleront toujours d’autres. Restons maintenant sur le cas de la France, et plus généralement sur celui des pays européens (ex-colonisateurs).

Oui, je sais, ça n’a pas l’air super drôle comme ça – genre «papa va encore nous faire une leçon d’histoire» – mais c’est comme pour le dentiste: parfois, faut en passer par là.

Alors voilà, mes filles, vous vivez dans un monde (malheureusement) religieux, depuis des siècles. Le résultat, vous l’avez sous les yeux aujourd’hui. Un monde (arabe) où des petits dictateurs ont été renversés en laissant la place aux religieux, où l’Occident a largement contribué à la création du monstre que l’on voit aujourd’hui sur tous les écrans. Un monstre dont les soldats promettent sang et terreur au nom d’un dieu. Ce coup-ci c’est d’Allah dont il s’agit, mais ça avait été d’autres dieux par le passé. Un monde que tentent encore de dominer les Etats-Unis dont la seule devise – imprimée sur les billets de banque – est «In God We Trust» (sérieux les gars!?!). La religion est partout. Et surtout dans le fait politique.

Bon, sortons l’artillerie lourde. Faut appeler un chat un chat. Vous savez déjà ce que je pense de la religion en général. Elles – les trois du livre en tout cas – ont été les pires inventions humaines des trois derniers millénaires. Revendiquer son livre comme acte de propriété sur des terres comme le font les Israéliens depuis 60 ans vis-à-vis des Palestiniens est un comportement insupportable. Revendiquer son livre et son Prophète pour égorger des journalistes et bâcher ses femmes est un comportement moyenâgeux. Revendiquer son livre pour ne pas signer un faux certificat de baptême qui aurait évité à votre grand-père (alors âgé de 8 ans) d’être déporté vers Drancy est un comportement abominable. Y’en a pas une pour rattraper l’autre.

Vous entendez peut-être des personnalités politiques ou des intellectuels appeler à ne pas faire l’amalgame entre les musulmans, l’islam et le terrorisme. D’une certaine manière – disons humaniste –, ils ont raison. Il ne faut surtout pas stigmatiser toute une population parce qu’une ultra minorité de sales petits frustrés veut imposer son chaos organisé. Les musulmans aujourd’hui, comme les chrétiens hier, sont les victimes des différents clergés ou institutions qui ne pensent qu’à une chose depuis le 7e siècle: assouvir leur goût du pouvoir. C’est lui qui motive les hommes, quitte à tout corrompre. Ces croyants de tous horizons, aliénés par définition, ne sont victimes que de leur naissance, et/ou de ceux qu’ils choisissent comme maîtres. Ils ont abandonné leur libre arbitre. Et pour ça, je les plains.

Aujourd’hui donc, les hommes en noir, avec leur barbe à la coupe ridicule, se réclament de dieu, de leur livre et de leur prophète. Tout comme les chrétiens l’ont fait il y a des siècles pour convertir les territoires païens. N’oubliez jamais d’interroger l’histoire pour comprendre le monde d’aujourd’hui. A commencer par la responsabilité historique des Européens, de nos ancêtres, sur l’état de ces pays – de l’Afrique au monde arabe – que certains considèrent aujourd’hui comme la poubelle de l’humanité. Sur quasiment tous les continents, nous avons pillé (et on continue de le faire) et humilié. C’est une réalité. Et le retour de bâton est violent. Ne perdez pas une autre chose de vue: les religions et leurs dogmes ne sont que les inventions d’hommes de chair et de sang. Il n’y a rien de divin ou de surnaturel là-dedans. Et c’est leur héritage qu’il faut contester aujourd’hui.

Au-delà de l’héritage religieux, il faut également contester des arguments beaucoup plus matériels, beaucoup plus actuels. Cette France – dont j’aime l’esprit laïc – est coupable de ses alliances géopolitiques. Nos gouvernements successifs se sont assis sur nos grands principes (liberté, égalité, fraternité), et se sont liés à des pays à l’idéologie rétrograde qu’il faudrait combattre, à commencer par l’Arabie saoudite et le Qatar. J’espère qu’il est encore possible de faire machine arrière face à ces alliances contre-nature, que ce soit par la révolte ou par le bulletin de vote. S’allier à ceux qui financent ceux qui nous ciblent, juste pour du pétrole et du gaz, n’a aucun sens. S’allier à eux parce que nos industriels adorent leur vendre nos armes et nos avions de chasse n’a pas davantage de sens. Le fric maîtrise tout, il n’a ni odeur ni morale. Il est temps d’inventer un nouveau monde. Et c’est à ma génération, à la vôtre et à celle de vos enfants si vous faites le choix d’en avoir, de l’inventer. Un monde où l'humain reprendra le dessus en se débarassant de ces croyances d'un autre âge. Bon, je ne vous le cache pas, y’a du boulot.

Aujourd’hui donc, la France est visée, cela vous inquiète, cela vous divise même entre camarades de classe. Mais il ne faut pas avoir peur. Il faut résister. Continuer d’aller prendre un petit ballon de rouge aux terrasses des cafés. Continuer de vouloir rencontrer l’autre, dans toutes nos différences. Ne surtout pas nous replier sur nous-mêmes comme le propose notre extrême-droite française bien dans ses bottes et qui se frotte déjà les mains. Faire un doigt d’honneur (oui oui, le «troisième doigt» comme vous disiez quand vous étiez petites) à ces hommes et ces femmes pour qui nous représentons les pires des mécréants. Après avoir pleuré nos morts et pensé aux familles des victimes, c’est la seule chose à faire. Continuer de vivre. Continuer de railler les cons avec des caricatures. C’est une des leçons apprises durant toutes ces années mouvementées passées dans ce Liban que nous avons tant aimé. Aujourd’hui, les Parisiens ont l’impression que plus rien ne sera jamais pareil. Ils ne le savent pas encore, mais la vie va reprendre. Et c’est la plus belle des choses.

Ce que je veux vous dire simplement, c’est de vous tenir à l’écart du fait religieux (tout en essayant d’en comprendre les mécanismes). De ne pas entrer dans des discussions sans fin avec ceux qui croient, car leur seule foi leur permettra d’avoir le dernier mot. Foi et mauvaise foi font tellement bon ménage. C’est si facile d’imposer comme vérités des arguments irrationnels qui ne reposent sur rien. Y a-t-il encore quelqu’un pour penser de manière intelligente que la mère d’Anakin Skywalker est tombée enceinte sans faire crack-crack, sérieux? Je ne dis pas qu’une force divine n’existe pas, je n’ai pas la réponse, personne ne l’a en réalité. Je ne vous dis pas de ne pas vivre votre propre spiritualité, tout comme moi j’ai la mienne et qui ne regarde personne. Je vous demande simplement de préserver votre libre arbitre, de ne pas vous faire dicter votre mode de vie par des prêcheurs, quels qu’ils soient. Vivez vos goûts. Vivez vos passions. Vivez pleinement votre (future) vie de femme. Vivez votre sexualité. Faites le troisième doigt aux pères la morale. Soyez libres.

Ne rejetez personne, mais gardez les yeux grands ouverts. Et surtout, vive le saucisson.

#france #paris #attentats #13novembre2015 #religion #saucisson #beyrouth #liban

A lire sur le blog.

© 2017-2020   Mentions légales   Séquence 9.2 

  • Gris Facebook Icône
  • Instagram
  • Twitter
  • LinkedIn
  • SoundCloud