Berlin Beyrouth Basta.
Beyrouth, 2010.

Oh comme elle me semble loin ma jeunesse dorée! Le visage taillé à la serpe de mon baron s’est estompé, pore après pore, année après année...

Je l’aimais, il m’adorait. Je me contentais d’être belle comme une Aphrodite des temps modernes. Lui prenait soin de moi, me sortait tous les dimanches comme une putain des années folles. Le soir, je l’accompagnais dans les restaurants les plus chics de Berlin-Ouest. J’étais sa favorite. Peut-être parce que j’étais unique en mon genre, comme il disait, que j’étais une excentrique, ce que l’on appelait vulgairement une «manuelle». Et c’est pour ça que mon baron me vénérait.

 

C’était il y a si longtemps maintenant. La vie nous a séparés sans crier gare. J’ai toujours gardé au fond de mon cœur ce regret ténu. Celui d’avoir été trahie pour une autre que moi. Plus belle, plus jeune. Plus blonde. Moi la brune que tout le monde prenait pour une Ibère avec mes atours naturels noir de jais. Forcément. Il aimait tant parler de moi à ses amis en m’appelant par mon simple prénom.

 

Il m’arrive souvent de regarder cette vie comme dans un rétroviseur. Mais aujourd’hui, je suis laide, fripée. Mes articulations grincent de partout. Les tatouages nationalistes en haut de mes fesses, moi la fière Allemande, sont devenus bien ridicules avec le temps. Cela ne semble pourtant pas déranger Farid. C’est lui qui s’occupe de moi depuis que j’ai dû fuir l’Allemagne, un beau jour de 1973, sur un paquebot qui n’avait rien du Queen Elizabeth II. Depuis, finies les crèmes et les caresses au savon doux. Mes rides se sont creusées. Farid n’a pas les moyens de m’entretenir comme le faisait le baron Dietmar Von Benz. Je ne lui en veux pas, je vois bien qu’il fait tout ce qu’il peut pour qu’on ne manque de rien. Cela va bientôt faire 40 ans qu’il me chérit avec son cœur de malheureux, avec ce sentiment que je suis trop belle pour lui. Je sais aussi qu’il se sentira à jamais redevable de ce jour de juin où, sous le feu de la mitraille, c’est moi qui ai pris une balle à sa place. J’en garde la cicatrice, là, sur la hanche gauche. Pour panser cette plaie et toutes les autres éraflures de la vie, il m’avait alors accompagnée chez un docteur qui ressemblait plus à un boucher qu’à autre chose, avec ses mains noires farfouillant dans mes entrailles pour en extirper le plomb.

 

Ce midi, je ne sais pas ce qui s’est passé. Nous divaguions tranquillement dans une rue fréquentée. Lui, caressant mes formes toujours généreuses malgré l’affaissement généralisé de ma carcasse, moi, me laissant faire sans trop y penser. Et puis soudain, je me suis arrêtée. Je n’avais plus envie d’être là, je n’avais plus envie de cette ville qui pue la graisse et la poussière, de ces rues que j’ai dans le viseur toute la journée. J’ai préféré dire stop, sans savoir le moins du monde ce que la vie me réserverait encore. Farid n’a pas compris sur le moment, bien évidemment. Il a essayé de me parler, tendrement, comme il le fait à chaque fois que la tristesse me rattrape et me fait couler une bielle. Mais devant mon silence, il s’est énervé comme jamais il ne l’avait fait auparavant, m’a hurlé dessus devant tout le monde dans la rue. J’ai eu honte. Pour lui, pour moi. Et puis il m’a frappée. D’abord un coup, puis trois autres. Avec le plat de sa large paume sur ma peau, comme écaillée par la vieillesse. Je suis restée muette. Sous ces coups, j’ai eu un dernier soubresaut, comme si mon cœur gorgé d’électricité voulait envoyer une ultime décharge dans mon corps pour le ranimer. Mais c’était trop tard. Je suis morte, là, à 12 heures, 10 minutes et 33 secondes, sur le bord d’un trottoir de Basta. Farid a compris. Mon vieux Beyrouthin s’est mis à pleurer, embrassant ma poitrine allongée et encore chaude.

 

  – Oh ma belle, que vais-je faire sans toi maintenant?, dit-il entre deux sanglots. Oh non, ma douce... Pourquoi?

 

Farid s’est agenouillé et a tiré d’une poche intérieure de son veston son plus précieux trésor. Une photo sépia de moi, prise dans la cour du château de mon baron de Germanie. Moi, au temps de ma splendeur.

______________________________________

Nouvelle publiée dans Beyrouth sur écoute / Wiretapping Beirut (Amers Editions, 2011)

© 2017-2019   Mentions légales   Séquence 9.2 

  • Gris Facebook Icône
  • Instagram
  • Twitter
  • LinkedIn
  • SoundCloud